DECOUVRIR

>Notre projet 2016/2020

MEDIATHEQUE
LIENS UTILES

Espace Adhérents

JE SOUTIENS

Passer de la compassion à la compensation : LE PROJET DE l’AFIPH 2016-2020 (synthèse)

Passer de la compassion à la compensation en reconnaissant la diversité et en s’appuyant sur une culture commune des familles, des personnes en situation de handicap et des professionnels, c’est l’ambition affirmée du projet de l’AFIPH pour les années à venir. Une ambition qui s’impose au regard des profondes mutations qui touchent notre société, qui interrogent son avenir et qui questionnent aussi le monde médico-social. Des questions qui nous obligent à adapter nos pratiques associatives, autant que pratiques professionnelles d’accompagnement. En tant que mandataire d’une mission d’intérêt général, qui est connue et reconnue pour ses savoirs faire depuis plus de 50 ans, l’AFIPH a la responsabilité de s’adapter pour proposer et mettre en œuvre des services de qualité qui s’inscrivent dans le cadre des politiques publiques.
Avec ce projet, l’AFIPH réaffirme ses valeurs historiques d’association familiale et gestionnaire au service des personnes en situation de handicap et de leurs familles.
Un projet qui propose une vision éthique, partagée impliquant davantage tous les acteurs pour mieux prendre en compte l’évolution des attentes des personnes en situation de handicap, avec ou sans troubles associés, de leur famille, des salariés ainsi que la diversité des publics au sein de l’Association. Nous avons le devoir, au regard des enjeux qui nous attendent, de passer d’une logique de la concurrence à celle de la coopération. Et, c’est à chacun d’entre nous qu’il revient de s’impliquer pour maintenir une dynamique associative globale, parce que chacun dans son rôle est porteur d’une partie de ce qu’est la culture de l’accompagnement.

AXE 1 : GARANTIR UN ACCOMPAGNEMENT DE QUALITE EN PLACANT LA PERSONNE AU CŒUR DE SON PARCOURS DE VIE

Proposer à la personne accompagnée un égal accès aux droits et aux prestations correspondant à son projet personnalisé.

L’expression d’un projet de vie permet de rechercher en permanence la plus grande cohérence possible entre, d’une part, les aspirations de la personne, ses ressources et ses capacités, et d’autre part les aides et accompagnements qui lui sont proposés. Dans ce cadre, doivent être pris en compte à la fois son projet personnel, son état de santé, son autonomie dans la vie quotidienne, son environnement familial et social et ses ressources. Ces différentes dimensions nécessitent un ajustement et évolueront tout au long de la vie de la personne.

Inscrire la qualité de vie au cœur de pratiques bien traitantes quotidiennes

L’accompagnement doit privilégier la dimension humaine en instaurant une relation de services qui a pour objectif de « prendre soin» de chacun et de favoriser une qualité relationnelle entre la personne aidée et l’intervenant. La relation de service doit s’appuyer sur des pratiques de « bientraitance» et de «bienveillance», au sens défini par l’Anesm, c’est dire : «aborder l’autre, le plus fragile, avec une attitude positive et avec le souci de bien faire le bien pour lui ».

Co-construire avec les familles et les aidants

La famille et les proches accompagnent par nature l’enfant, l’adolescent, l’adulte et la personne âgée en situation de handicap depuis l’annonce du handicap. Ils sont donc porteurs de leur histoire.
Ils doivent donc naturellement, être associés à la définition, au déroulement et au suivi du projet individuel ainsi que dans les différents temps institutionnels liés à l’accompagnement, sans pour autant se substituer à la personne lorsqu’elle est adulte.

Garantir la technicité des professionnels à travers une politique de formation permanente de haut niveau

Avec les profonds changements que connaissent le secteur médico-social, les évolutions des handicaps, des pathologies associées et des connaissances liées à ces handicaps il est indispensable que les professionnels puissent se former. Ce socle de connaissances régulièrement mis à jour doit lui garantir de pouvoir apporter la meilleure réponse à la personne en situation de handicap.

AXE 2 : CONSTRUIRE UNE CULTURE COMMUNE

AXE 3 : INNOVER, ADAPTER, DIVERSIFIER NOTRE OFFRE DE SERVICES

Adapter notre offre au plus près des besoins et attentes de la personne afin de lui assurer, dans un cadre éthique défini, un parcours de vie adapté et sans rupture.

Loin d’être linéaires, les parcours des usagers les amènent à avoir recours à plusieurs « composantes » de l’accompagnement.
Nous devons donc sortir des logiques de structures pour aller dans le sens d’une approche globale du parcours de vie, de décloisonnement, d’ouverture sur la Cité, de participation sociale et d’inclusion des personnes tout en prenant en compte leurs capacités propres, leur projet personnel, leur histoire, leur environnement, leurs parents, leur famille et leurs proches.
Ces alternances entre le milieu ordinaire et la vie en institution sont à intégrer dans une approche personnalisée prenant en compte l’expression et les besoins de la personne.

AXE 4 : ETRE FORCE DE PROPOSITIONS

Etre acteur dans l’élaboration des politiques publiques ; réaffirmer notre place d’acteur régional majeur de l’accompagnement de la personne en situation de handicap

L’AFIPH, mouvement représentatif des personnes en situation de handicap et de leur famille et organisme gestionnaire est un acteur majeur de la société civile en tant que représentant du handicap dans le champ de l’économie sociale et solidaire. À ce titre, l’association doit contribuer à assurer la place de la personne en situation de handicap dans la société dans le champ politique, social, économique et culturel.
Cette contribution doit s’exprimer par des prises de position de l’Association dans les débats de société qui la concernent. Elle doit également s’exprimer dans le cadre du débat éthique encouragé par l’AFIPH avec tous les acteurs ayant à traiter des questions du handicap. Notre devoir est de mieux nous connaître et de coopérer avec les différents acteurs qui opèrent dans le champ du handicap, du handicap intellectuel ou psychique, du polyhandicap, de l’épilepsie, de l’autisme ou du handicap rare afin de préparer les meilleures réponses aux besoins des personnes que nous accompagnons. Une dynamique de coopérations et de dialogues qui s’inscrit dans la vocation d’ouverture et d’échange de l’AFIPH depuis ses origines et qui permettra de résister à toute forme de politiques publiques fondées uniquement sur des critères de performance économique, de logique de compétition et de mise en concurrence ou d’impératifs administratifs qui aboutiraient à un « moins-disant » social.

Dynamiser l’action associative

La richesse et l’originalité de la parole de l’AFIPH tient au fait que si elle est une association gestionnaire elle est aussi et surtout une association familiale. A ce titre, elle porte une parole différente.
Aujourd’hui, encore plus qu’hier, face aux évolutions du secteur, l’action associative est une nécessité.
En effet, même si de nombreuses possibilités d’accueil existent actuellement, beaucoup de choses restent encore à faire pour trouver des réponses adaptées au handicap. La vie associative n’est pas l’exclusivité des adhérents et des parents. Elle est issue des liens qui se tissent au quotidien entre tous ses acteurs. Les valeurs humaines sont au cœur de cette vie associative et du projet de l’Association. L’AFIPH se doit de l’entretenir, en invitant et en incitant tous les acteurs de l’Association à y participer pour passer d’une logique de « sympathisant » ou de « consommateur » à celle d’« acteur » afin de montrer la plus-value parentale de l’AFIPH.

Retrouver la version intégrale du projet de l'AFIPH 2016/2020 : « De la compassion à la compensation » en cliquant sur ce lien ainsi que la version en Facile à Lire et à Comprendre ( FALC)

Élaborée en concertation avec l’ensemble des adhérents, la Charte associative a été adoptée à l’unanimité par l’assemblée générale du 25 juin 2005. Elle est le texte de référence de l’afipaeim.